20 ans d'autopartage à Bordeaux (2/5)

Actualité publiée le 03/03/2021 | catégorie : Votre autopartage

Pour les 20 ans d'autopartage à Bordeaux, nous avons souhaité donner la parole aux co-fondateurs et co-fondatrices de l'association en 2001. Premier portrait aujourd'hui de Hervé Dugeny, co-fondateur de l'association AutoComm et aussi 1er président de la SCIC AutoCool en 2008.

Hervé Dugeny : co-fondateur de l'association et 1er président de la SCIC (2008 à 2010)

Hervé Dugeny, co-fondateur de l'association en 2001

Quel élément déterminant est à l'origine de la création de l'association ?

"Une réunion à l'automne 2000 organisée par Heike Sachse via Vélo-Cité pour nous parler d'autopartage en général. Nous nous sommes retrouvés à 5 chez Pierre Dulbecco avec Rozenn et Jean Bauer, Heike, Frédéric Danjon et moi-même.

Tout de suite nous avions dans l'idée d'en faire une structure à l'échelle de Bordeaux Métropole (la Cub à l'époque) ; mais plutôt que de théoriser, de bâtir un projet, puis d'aller chercher des financements, nous décidons de démarrer entre nous 5 et de travailler sur un projet à grande échelle en parallèle. J'ai vendu notre voiture, une Ford Mondéo couleur Bordeaux, à Autocool, car habitant St-Michel, cette voiture ne nous servait quasiment plus. Autocool ne nous a pas payé (pas d'argent), et ma créance diminuait au fur et à mesure de mes utilisations du service..."

3 faits marquants durant la période associative puis coopérative ?

"Difficile de résumer trois ...

1. L'arrivée de l'informatique embarquée avec le système Eiléo dès la deuxième année : nous avions à peine deux voitures (la deuxième une Twingo nous avait été "apportée", comme la Mondéo, par Frédéric Danjon), moins d'une dizaine d'adhérents, mais nous bénéficions d'une technologie d'avant-garde, avec déjà une résa informatique H24, et une localisation GPS des véhicules réservés par un SMS qui nous donnait l'emplacement du véhicule, puisque nous n'avions pas encore d’emplacements fixes.

2. L'arrivée de Nicolas : pas besoin de faire de longs discours... Cela faisait 7 ans que nous semions des graines de ci, de là... Puis soudain, une première subvention (européenne), qui nous permettait de financer de la com, et... une première embauche. Enfin, juste de quoi financer un mi-temps (pas cher payé). Son challenge était de trouver les financements pour pouvoir pérenniser, outre notre développement, son poste ; et il s'y est mis avec une persévérance remarquable. Je commençais à m'épuiser de tout porter en termes de prospection, sollicitations diverses, développement, permanences..., en plus de mon boulot, et ne pas avoir le temps de faire les courriers de suite de rendez-vous !
Nicolas est tombé dans l'autopartage, et avec le talent qu'on lui connaît, il a pu faire croître ces petites graines, puis les récolter. Une vraie complicité est née, et nous avons pu rapidement procéder à un transfert complet de mes activités, et aboutir à une vraie répartition de la gouvernance entre la présidence du CA et la direction.

3. La transformation en SCIC : véritable aboutissement ; certes, nous l'avions inscrit dans notre projet dès 2001, mais le tour de table a été long à constituer, et le montage, grâce à l'URSCOOP, délicat.

Sinon, en vrac dans les autres faits marquants on peut citer la première acquisition sur nos fonds propres de notre d'un véhicule d'occasion (Clio de mémoire) ; la création du PUMA, avec pour Autocool ses premiers vrais bureaux qui étaient avant chez Nicolas ou chez moi (on était précurseurs du télétravail) ; l'arrivée de la première salariée (après Nicolas), Azziza... Puis bien sûr tout un tas d'anecdotes..."

Que penses-tu de ce qu'est devenue la structure aujourd'hui ?

"Je dirais qu'elle est telle que nous la rêvions dès le démarrage : elle rajoute parfaitement un outil complémentaire et indispensable, dans la boîte à outils de la mobilité. Ce que nous n'avions peut-être pas imaginé, c'est la qualité de l'équipe en place. Pas plus que nous avions imaginé un tel développement du réseau France Auto Partage, quand bien même nous les avions rejoints dès 2001 ! (avec des moments cocasses, quand on se croisait dans les premières réunions avec nos 10 adhérents, 2 voitures, zéro financement... face aux 4 grands pionniers...)."

Que souhaites-tu à Citiz Bordeaux pour les 20 prochaines années ?

"Un développement analogue à celui des 20 premières années."

 

Plus d'infos
> (re)lire la rétrospective de la coopérative
> voir le portrait de Rozenn Bauer